10 doigts Apprendre en jouant

Une nouvelle Non rentrée

_DSC5579

 

Je trouve enfin un moment pour m’asseoir au calme devant mon ordinateur pour vous parler d’un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Celui de l’école à la maison.
Notre premier bilan, puisque César ne va plus à l’école depuis maintenant décembre 2015. Bientôt 2 ans déjà !
Je voulais me laisser le temps de vous donner mon avis personnel, de notre vécu à nous._DSC4140 Sur ces 2 ans, nous avons vécu des  moments merveilleux, puis des moments plus difficiles, fatigants parfois.
Je me suis beaucoup questionnée, j’ai souvent remis les choses en question, j’ai appris avec lui parfois ce que j’ignorais, on a pris le temps, des fois pas, on à été calmes, ou  épuisés et pas patients.
On a pleuré, ris, dansé, recommencé, essayé, appris, enseigné, guidé, accompagné, joué, imité, consolé, rassuré, encouragé, épaulé, mais surtout aimé, tout ça à la fois c’est ce qui se tisse entre lui et moi depuis 2 ans. Une relation étroite de confiance, lui en moi mais surtout en lui.
César malgré les apparences d’une assurance sans faille, est un petit garçon de nature réservé et sensible. (bouh les vilaines étiquettes!) C’est toujours difficile au départ pour lui mais une fois que le contact est enclenché, c’est parti !
Le woofing cette année a été une super expérience pour tous mais surtout pour lui, il a appris tellement de choses de toutes ces personnes qui sont venues à la maison, je sens que tout ça lui a servi beaucoup, tant sur le plan humain que connaissances.
Il a du être davantage autonome car nous étions très pris par l’organisation et les choses à faire, ce qu’il a géré sans trop d’encombres. Il a beaucoup cuisiné avec nous cet été et les woofers, mais aussi pas mal bricolé seul ou avec quelqu’un. Manier un marteau sans se taper les doigts (c’est le risque!) pour faire des créations, utiliser son imaginaire pour s’occuper seul, appris de la nature, randonnées, dormir en van, lire des histoires jusqu’à pas d’heures, apprendre la couture, visiter des lieux insolites, danser et chanter sur les airs de guitare… ha la belle vie quand même !_DSC4877_DSC5275

Nous avons rencontré  d’autres enfants, même si César commence à peine à me demander la compagnie plus régulière d’autres camarades, mais ils restent sans grand intérêt encore.
J’avais choisi de le laisser vivre durant ces 2 dernières années d’ innocence en total unschooling.
Pas d’apprentissage guidé. Ca n’a pas été totalement le cas puis que nous avons essayé plusieurs supports d’apprentissages, auquel il n’a pas vraiment accroché.
J’ai eu envie de vous en parler plein de fois, car les journées sont souvent mouvementées, mais je n’ai pas trouvé le temps de me pencher vraiment sur la question, à vrai dire, on s’est surtout laissé vivre.
César apprends beaucoup de choses grâce à la tablette ici comme Add, nous sommes des gros geek, et les écrans ne nous font pas peur à partir du moment ou les applications sont instructives et ludiques.

_DSC4987Pour le côté « real life », j’ai eu des coup de blues, de doutes ou je me suis dis que je n’allais pas y arriver, que ce n’était pas mon rôle à moi de lui apprendre tout ça ,que je pouvais lui transmettre autre chose. Il m’est aussi arrivé de penser que je serais au calme si il était à l’école… (oui oui) que tout serait plus simple…
On avait d’ailleurs envisagé de le réinscrire à la rentrée, ce et seulement si, il le souhaitait, puisqu’il se plaignait de ne pas faire les mêmes choses que son voisin qui lui va à l’école.

Mais, quand est arrivé le moment des inscriptions, je me suis dis : non en fait, je suis justement capable de le faire, ce n’est pas l’école que je lui enseigne à la maison, mais bien la vie.
La morale, l’éthique, la raison d’être, la liberté, les droits fondamentaux, l’amour, le voyage, la cuisine…
J’avais tant à partagé avec lui finalement, à lui transmettre, c’est aussi ça l’éducation à la maison ! On en a discuté pesé le pour et le contre et César n’a pas non plus envie d’y retourner.
J’ai aussi vu que l’école n’était définitivement pas pour lui et que j’aurais tout gâché en cédant maintenant, en le glissant dans un moule déjà tout fait et si peu adapté._DSC5459 _DSC5460
Plus le temps passe, plus j’observe autour de moi, les comportements des enfants, plus je vois les facultés et facilités qu’ils ont, l’ouverture d’esprit, la volonté, la joie de vivre, la tolérance, la spontanéité, la motivation, la curiosité et j’en oublie sans doute qui sont réduites à néant en entrant à l’école puisque encadrés, donc la créativité réduit (elle n’en reste néanmoins pas absente au contraire, mais différente)
J’aime bien l’idée de la louve apprenant à son louveteau comment chasser, jouer ou corriger tout en restant proche et  veiller. _DSC5006 Cette année est donc différente, ou presque. César entre dans la partie « enseignement obligatoire » avec ses 6 ans et donc avec le fameux contrôle annuel obligatoire.

J’avoue je suis un peu plus speed que les années précédentes. Mais je suis relativement bien entourée et renseignée.

Pour nous pour cette nouvelle « non rentrée » nous allons donc nous inscrire avec « Pi » cours par correspondance pour pouvoir avoir une idée de la marche à suivre pour le CP mais surtout du socle commun et avoir une « trame ».
La plateforme Athena,  me permettra, du moins au départ, de définir et répertorier nos activités multiples pour les présenter si besoin.
Je teste un trimestre ensuite j’aviserai car finalement le côté encadré c’est plus pour moi, pour m’assurer que je lui donne les bonnes bases.
Je ne sais pas si c’est la pression sociale autour de moi, mais le cp me fais un peu plus peur.
Pas l’apprentissage en soi, mais ce contrôle avec les connaissances dites « obligatoires ».
On a prévu plusieurs activités dites extra scolaire de son choix, puis diverses expos en cours. On prévois aussi une petite balade à Paris en octobre pour rencontrer ses correspondantes et un tour à Disney pour Halloween qui est de loin sa fête préferée, mais surtout voyager davantage, car j’ai remarqué que César adorait ça et que les rencontres diverses de toutes générations confondues l’enrichissait énormément.
Et pour le reste… vivre !

_DSC5579
Bilan de cette année : même si elle fut un peu difficile pour moi d’un point de vue organisation, elle reste néanmoins ultra positive. J’ai fais confiance à mon fils et j’ai bien fait. Cela m’a demandé énormément de lâcher prise et de ne pas me juger mais surtout de ne pas écouter les divers avis critiques autour de moi. J’ai tenu bon. Et César s’est intéressé doucement aux choses du jour au lendemain sans forcer. Il a souvent des réflexions très pertinentes qui n’a de cesse de me surprendre. Nos relations sont plutôt cool, et il a énormément d’empathie et de compréhension.
Nous avons travaillé davantage sur la confiance en soi et son développement personnel que de l’apprentissage formel, je recommande d’ailleurs les cahiers de madame Filliozat qui sont supers, et beaucoup le jeu. Nous n’avons rien imposé.

Si c’était à refaire je referais exactement la même chose à la différence que je ne l’aurais jamais mis à l’école du tout. Nous avons fais le bon choix je le sais et c’est tout ce qui compte pour réussir et notre bonheur !
Je suis ravie de cette décision et de garder le cap de ma décision malgré quelques coups de blues parfois.

« Montrez leur votre vie ce que vous aimez et tout viendra ensuite… »

_DSC5022

 

Tu aimeras aussi

8 Commentaires

  • répondre
    Miseryisabutterfly
    9 septembre 2017 at 17 h 50 min

    Merci pour ce magnifique partage! Cela donne envie. Ici entre pression du système, les appréhensions du papa et surtout la volonté de notre fille d’avoir des contacts avec d’autres enfants surtout plus grands, nous avons choisi de la mettre dans une école democratique. Un véritable lieu de vie où toutes les générations se côtoient et où le jeu est libre et les apprentissages informels et choisis par les enfants.
    Belle année à vous!

  • répondre
    mariehe
    9 septembre 2017 at 19 h 18 min

    merci pour cet article qui ressemble beaucoup ce que nous vivons.
    On entame une deuxième année de unscholling avec Salomé, elle devrait normalement rentrer en MS et n’a jamais été à l’école. j’ai eu beaucoup de doutes, des envies de la scolariser, des manques de confiance en moi mais finalement je suis contente du chemin parcouru. Mes 2 grands vont à l’école (2aire) donc Salomé demande des contenus formels pour faire comme eux et au final sans s’en rendre compte on travaille un peu tous les jours. Moi aussi j’ai peur du CP, pas pour le contrôle mais pour l’apprentissage de la lecture, c’est un tel sésame ..cette deuxième année a tout de même paru plus évidente que la 1ere, j’assume plus aussi au regard du monde..

    • répondre
      Bambichoses
      10 septembre 2017 at 19 h 47 min

      Je pense que le cp nous mets la pression a cause du regard social finalement. Il faut savoir lire et écrire à tel âge sinon c’est mal vu. Mais il faut aussi leur faire confiance et respecter leur rythme si on a la chance de pouvoir le faire.
      Moi j’assume pleinement maintenant, et avec les cours par correspondance j’ai pleine confiance:)
      Belle année à vous alors et à Salomé

  • répondre
    Elodie
    9 septembre 2017 at 19 h 42 min

    Merci de ce retour, de ce bilan. Mon fils vient d’entrer en petite section, après des mois de doutes et de torture mentale (il va devoir rentrer dans le moule / oui, mais il a besoin d vivre des choses en dehors de nous). Pour l’instant, tout se passe très bien pour lui, mais les doutes sont toujours très présents!! Merci, donc, pour le côté « réal life », aussi.

  • répondre
    Maya
    10 septembre 2017 at 15 h 13 min

    Bonjour,
    je découvre ce blog aujourd’hui via l’Instagram de la Cabane antigaspi et je me retrouve beaucoup dans cette réflexion sur l’école et ta vision de choses. Nous avons beaucoup tergiversé ici sur la scolarisation ou non de notre fille de 3ans et finalement nous avons laissé passer le temps, arriver la rentrée et oups pas inscrit notre fille à l’école. Plusieurs raisons à cela : nous venons d’emménager dans la région de Toulouse et elle a perdu tous ses repères, le système de l’éducation nationale nous semble inadapté à sa personnalité et ses besoins, elle est si vivante et indépendante qu’on ne voudrait pas gâcher ce potentiel, on voudrait préserver sa liberté de vivre et de penser et enfin la mettre dans un moule et la formater juste pour être tranquilles ben ça ne nous a pas convaincu. Malgré les remarques, les critiques et la stupéfaction générale (ou presque) de notre entourage nous avons décidé de suivre notre route vers une vie différente.

    Bref, j’ai tendance à trop parler et trop écrire alors juste voilà merci pour ce témoignage, pour ce blog que je vais parcourir avec plaisir et grand intérêt.

    • répondre
      Bambichoses
      10 septembre 2017 at 19 h 44 min

      Merci Maya, et bienvenue alors 🙂
      Une très belle année non scho à vous alors peut être nous croiserons nous ? Nous avons un groupe très actif sur Toulouse pour les sorties

  • répondre
    Miseryisabutterfly
    10 septembre 2017 at 17 h 08 min

    Bonjour,
    Merci pour ce magnfique partage! Vous abordez des questions et des sujets « non-dits » avec une telle justesse.
    Notre fille est en école démocratique où elle s’épanouie car elle est très demandeuse de contact avec de grands enfants. C’est un lieu de vie et de partage magnifique et permet de respecter l’enfant dans son rythme et ses apprentissages informels. C’est le compromis que nous avons trouvé, pour plusieurs raisons, entre l’école et l’instruction en famille.
    Je vous souhaite une belle année et des belles expériences.
    Oriana

    • répondre
      Bambichoses
      10 septembre 2017 at 19 h 43 min

      Merci Oriana, je vous souhaite également une belle année à vous aussi.

    discutons-en