Développement personnel Féminité

Lettre à mon corps #FÉMINITÉCRÉACTIVITÉCHALLENGE

Si vous avez vu mon dernier post concernant ma séance photo dans mon plus simple appareil, vous imaginez bien que j’ai pas mal travaillé avec mon corps. Body acceptance, dessins, danse, tenue plus osée que d’habitude, vêtements différents, décomplexer, et beaucoup de lectures.
Vous savez aussi que depuis quelques temps j’ai lancé ce challenge  qui s’agrandit chaque jour un peu plus et qui me tient tant à cœur, pour libérer notre créativité féminine, mais aussi pour travailler par le biais de supports ludiques de façon à nous connecter à notre nature profonde.

Je crois sincèrement au fait que le dessin ou les mots peuvent être libérateurs autant que la parole, voir plus intensément.
La science de l’esprit nous enseigne combien il est important de travailler avec des idées positives, de manière à transformer petit à petit notre façon de penser. C’est ce que je fais depuis un an. Non stop. Et ma vision des choses à pas mal bougé. Bien que ce soit le travail de toute une vie…

Sur ce challenge je vous invite tout d’abord, à écrire et dessiner.
Ecrire une lettre, mais pas à n’importe qui. A votre corps. A vous même, donc. J’ai choisi l’écriture émotionnelle, qui est une forme de lettre d’amour.
Je suis régulièrement témointe des mots qui peuvent lui être adressé et ils sont souvent si durs et injustifiés…
Ce que vous dites à votre corps et la façon dont vous le traitez c’est à vous que vous l’infligez.
Nous oublions souvent qu’il est le pilier de notre vie et le maltraiter ou l’oublier peut nous coûter très cher, nous ne sommes qu’un avec lui et vos besoins sont aussi les siens. Habiter son corps, c’est être davantage dans ses sens, goûter sa vie pleinement, ressentir le plaisir d’être bien vivant !
Votre corps c’est votre maison, c’est la matière dont vous êtes fait. Pour moi il est un allié précieux  de notre vie intérieure et l’on gagne beaucoup à faire attention à ses messages.

Pour cet exercice, tiré en partie de l’ouvrage « Le livre des petites révolutions », il vous faudra votre carnet préféré (hey oui il va vous en falloir un attitré!), de quoi écrire, et des crayons pour dessiner, feutres, peintures, crayons de couleurs peut importe, choisissez le médium avec lequel vous êtes le plus à l’aise.

Je fais tout dans mon bullet journal car c’est mon compagnon de vie mais si vous êtes plus à l’aise sur une feuille blanche grand format ça marche aussi et on peut l’accrocher quelque part, le collage aussi fonctionne, mettez de l’énergie dans ce que vous faites, cela augmente la réussite de l’exercice sur le long terme.

En premier lieu, dessiner une silhouette, ne vous prenez pas la tête sur les formes, mince ou pas ou si vous pensez ne pas savoir dessiner, faites le comme vous l’imaginez c’est l’essentiel.
Faites justes un personnage avec un corps pour pouvoir inscrire des choses à l’intérieur. (ou si tu te sens dessines toi, sans jugements, le but c’est de s’amuser !)
A l’intérieur, dessines ce que tu ressens, ou ce que tu souhaites exprimer : sensations, émotions, ressentis, maladie, peur, bien être, énergie, ou encore à quoi sers chacun de tes parties du corps.
Tu peux ajouter des couleurs (chacune associée a quelque chose, ex : bleu pour les émotions, vert pour l’acceptation, rouge pour la maladie etc…) et d’y ajouter des mots, je fais les deux. J’aime entourer mon dessin de formes ou couleurs apaisantes, j’appelle ça nourrir mon dessin en bienveillance.

J’ai réalisé cet exercice avec mon amie Zoéline (@zoelinepatchouli sur ig), avec qui j’aime partager mes interrogations et mes questionnements, pour « tester » cet exercice et son efficacité, et elle m’a gentiment laissé photographier le sien pour le partager ici pour l’inspiration supplémentaire.

Passons maintenant aux questions.
Dans ton carnet inscris les et prends le temps d’y réfléchir pour y répondre, ne te précipites pas.
Pleurer est grandement autorisé, moi cet exercice m’avait bouleversé à l’époque !
L’important est d’être VRAIMENT honnête et objective, sans critique ni jugements sinon ça ne marche pas !

  • Comment ton corps a-t-il pris soin de toi ces dernières années?
  • Il t’a emmené ou ?
  • Faire quoi ?
  • Est ce qu’il t’as maintenu en vie ?

Prends bien le temps de réfléchir et de te poser pour y répondre.

A ton tour d’écrire ce que tu as fais pour lui.

  • Est ce que tu l’as bien nourri? Choyé ?
  • Emmené chez le médecin ou autre? Médecines douces, relaxation, gommages… Listes tout de que tu as fais pour lui ces dernières années.
  • Est ce que tu le critiques ?
  • Est ce qu’il te fais honte ?
  • Est ce que à cause de lui tu ne te sens pas « digne » de respect, d’amour ou de valorisation? Fais une liste.
  • Aurais tu aimé avoir un autre corps ? Plus comme ci, moins comme ça etc… Décris le.

J’aime faire cette parallèle :

  • penses à quelqu’un(e) que tu aimes fort, ou affectionnes énormément, un ami, un proche ou ton enfant.
  • Comment le traites tu ? Que partages tu avec lui/elle?
  • Si ton corps était cette personne comment le traiterais tu ?

Le but de cet exercice est de faire de ton corps un ami, avec des liens très forts. Parfois on se dispute mais souvent on se réconcilie et on oublie tout car on ne peut pas se passer de lui.
Réfléchis à la manière dont tu agis avec tes amis, quels sont tes sentiments vis à vis d’eux. Comment leur parles tu ? Fais un lien avec ton corps en le remplaçant par un ami.

  • Si ton corps était une personne très proche que tu aimes particulièrement, comment t’occuperais tu de cette personne ?
  • Imagine que tu veux lui montrer combien il a d’importance dans ta vie, du matin au levé jusqu’au couché. Au moins une journée entière. Prends soin de lui.

Une fois que tu as noté tout ça, commence ta lettre d’amour. J’ai choisi  l’écriture émotionnelle. Le but est d’exprimer et libérer toutes les émotions négatives qui vous empêchent de ressentir et de partager l’amour que vous portez sur vous.
Je me suis inspirée de la lettre émotionnelle de John Gray pour guérir ses blessures affectives qui se fonde sur 5 niveaux d’émotions :

  •  Colère, reproches, et rancœur : Je t’en veux…, je déteste quand… je veux…
  • Souffrance, tristesse, déception : je me sens triste quand…, je me sens mal parce que…je veux…
  • Peur et insécurité : j’ai peur…, j’ai peur que…, je veux que…
  • Culpabilité, regrets : je suis désolée de…, pardonnes moi pour… , je n’ai pas souhaité…, j’aimerais…
  • Amour, pardon, compréhension, intentions : je t’aime parce que tu…, j’aime quand tu…, merci pour…, je comprends que…, je te pardonnes pour, je veux…

La colère et les reproches, ne soyez pas tendres dites VRAIMENT les choses. Pas de censure !

Je signe. ET, je me le poste. Oui Oui. Par la poste.
Même si certain/es d’entre vous trouverons ça inutile, pour moi ça été libérateur de recevoir ce courrier que j’ai relu. Tu peux orner ta lettre de toutes les couleurs possibles, dessins etc…

Je vous souhaite la plus jolie des lettres d’amour à votre corps et à vous même! Hâte de vous lire.
Le but est de faire un exercice pour soi et pas pour se juger il n’y a aucune obligation à poster vos dessins ou lettres, mais peut être l’enveloppe reçue ou un morceau de dessin avec le hashtag #féminitécréactivitéchallenge, cela nous encourage toutes. J’ai remarqué que plus il y’avait de posts plus les plus timides osaient, encourageons nous, c’est tellement beau la sororité.

Je vous embrasse.
Prenez soin de vous

 

 

 

 

Tu aimeras aussi

9 Commentaires

  • répondre
    Eulalie
    17 août 2018 at 20 h 11 min

    Au début de l’été, j’ai consacré une page de mon journal à mon corps.
    Le déclencheur a été l’essayage d’un vêtement dans une boutique, dans une cabine où plusieurs miroirs me reflétaient. J’ai vu mon corps et tout ce que je critiquais, et je me suis pourtant trouvée belle et pleine d’envie de me serrer moi-même très fort dans les bras et de me réconcilier. En rentant, j’ai dessiné ma silhouette de dos, avec un gros « BE-YOU-TIFUL » au milieu de la page et la promesse de ne plus me maltraiter ni laisser quiconque le faire. Car oui, quand je/on dis/t « tu es maigrichonne », « on voit tes os », « tu es peut-être mince mais tu as de la cellulite! », c’est une forme de maltraitance.
    J’ai passé un été beaucoup plus serein sur ce plan, je ne me suis pas maquillée, je ne me suis pas trop pris la tête quand mon épilation n’était pas nickel, et c’était juste bien !
    Merci de nous donner des pistes de réflexion et de travail vers l’acceptation et l’amour de soi. Vos travaux sont inspirants et je crois que je vais refaire une planche en creusant un peu !
    Bisettes !

  • répondre
    Sabrina
    17 août 2018 at 23 h 13 min

    Excellent article ma belle ! Je vais le partager. Cette méthode bien précise et bien détaillée, est créative, et semble être de la bombe ! Merci pour ce beau travail et ce partage ! ✨

  • répondre
    Sarah Rose Moroney
    20 août 2018 at 9 h 27 min

    Cette idée me touche. Je n’ai pas de relation avec mon corps. Nous cohabitons, ou comme tu l’as si bien dis nous sommes UN et poutant je l’ignore complètement. Ca ne va pas être facile mais je fais essayer d’écrire cette lettre. A suivre…

    • répondre
      Bambichoses
      20 août 2018 at 9 h 40 min

      Cette lettre est essentiel pour s’y reconnecter. C’est parfois difficile mais on ne le regrette pas c’est la passerelle vers autre chose !

  • répondre
    Soizic
    21 août 2018 at 10 h 24 min

    Merci pour cet encouragement. Je vais tenter l’exercice car cela me parle beaucoup. 🙂

  • répondre
    Adeline
    9 septembre 2018 at 13 h 39 min

    Bonjour ! J’ai fait la « première » partie de l’exercice sans trop de problème. Mais j’ai tellement de difficultés à poser les questions… Plusieurs fois je me suis posée devant mon carnet, à essayer de formuler ces questions et c’est le blanc. Je ne me force pas mais je ne sais pas si j’arriverai à débloqué ça.

    • répondre
      Bambichoses
      10 septembre 2018 at 9 h 12 min

      Bonjour Adeline. Qu’est ce qui te donne la sensation que c’est bloqué ?

      • répondre
        Adeline
        15 septembre 2018 at 16 h 49 min

        Je sais pas quoi dire à mon corps, comment le dire. Dans la vie de tous les jours je suis assez introvertie et créer des choses me fait du bien. Et là, j’arrive pas à faire sortir les mots. Je sais pas comment démêler ce noeud

  • répondre
    Eulalie (sophie)
    10 septembre 2018 at 9 h 11 min

    Eh bien voilà, j’ai finalement planché ce matin sur la question, et de nouvelles choses se sont déclenchées. Merci pour ce beau défi.

  • discutons-en