was successfully added to your cart.

Panier

InstantsNon classé

Mère au foyer 2.0 , fière et débordée

par 10 février 2015 72 Comments

Aujourd’hui je lance encore un sujet qui me tiens à coeur.
Celui de mère/femme au foyer.
Dernièrement, j’ai reçu beaucoup d’emails de votre part, de témoignages touchants, d’interrogations concernant mon temps pour faire tout ça, en me demandant ce que je faisais.
J’ai mis longtemps à en parler et surtout à l’assumer. Le dire, sans baisser la tête en se disant que la personne en face de vous allait vous imaginer le cul vissé dans le canapé à regarder des séries et “torcher” ses gosses toute la journée (déjà entendu véridique!)
Oui je suis femme au foyer et CA ME PLAIT.
Je vois la femme au foyer comme l’imaginent encore certains, du bide avec un pyjama sale et taché, le cheveux gras, un mioche dans chaque bras en braillant sur le 3eme, des bigoud’s sur la tête à la rigueur, sentant le vomi du petit dernier.
Mais c’est là ou on se trompe ! J’ai mis du temps à me dire que oui mon truc c’était rester à la maison, cuisiner toute la journée pour qu’on puisse s’asseoir tous ensemble autour d’un bon repas et en avoir une satisfaction énorme,  laver le linge et le ranger bien plié car OUI il n’y a que moi qui sache le faire correctement, me sentir satisfaite quand la maison est nickelle bien rangée, briquer ma cuisine, faire les courses et avoir le temps de choisir sans me presser tout en bavardant avec le vendeur, lire, passer du temps avec le nain, prendre le temps d’apprendre les choses, le garder à a maison une grande partie de mon temps, voir mes amies, créer, bloguer, bref vivre.
Car non femme au foyer c’est loin bien loin de glander !
J’ai déjà entendu des mères se trouvant milles excuses, à dire, ha mais je m’occupe hein, je ne reste pas sans rien faire.. Et si on arrêtais de se justifier ?
Et si on faisait ENFIN ce qui semble bon pour nous et les nôtres ?
Si une femme en 2014 s’épanoui dans sa carrière professionnelle on l’admire, mais si une femme dit je suis à la maison avec mes enfants, c’est tout de suite moins glorifiant, c’est pourtant bien un métier à part entière pour moi, malheureusement non rémunéré mais qui le mériterais.
Je passe mes journées à me soucier du bien être des miens, et parfois j’arrive à la fin d’une d’elles bien plus rincée que l’homme; car je me pose au moment du dîner pour la première fois de la journée.
Attention, il n’est pas question ici de me plaindre, je suis heureuse comme ça, vraiment, mais plutôt de démontrer que non ce n’est pas moins bien qu’un autre métier.
Ma mère, mes amies ont toujours pensé que je n’étais pas faite pour ça, pour rester à la maison, que j’avais besoin d’être dans l’action, en contact avec des gens…
Mais elles avaient tort. Je n’ai jamais été aussi bien, jamais autant dans l’action, dans de fabuleux projets que je bosse à la maison, jamais vu autant de monde puisque j’ai le temps d’aller voir mes amis, de voir mon fils grandir, de bâtir des projets de vie.
Moi je dis toujours que mes journées sont bien trop courtes. Je n’ai jamais le temps de faire tout ce que j’ai prévu.
Alors oui en effet, c’est aussi un choix.
Un choix de vivre avec moins, donc de consommer moins, mais j’ai plus de temps alors je fabrique plus finalement on s’y retrouve !
Par exemple, je fabrique mon pain, mes yaourts, et tous les desserts, les gâteaux, je vais m’attaquer aux pâtes fraîches prochainement, le muesli, les jus de fruits, le fauxmage, et j’y prends un plaisir fou!
Vous n’imaginez pas à quel point j’aime être chez moi, me réveiller avec la petite voix de mon nain qui m’appelle, et qui encore tout chiffonné de la nuit déjeune avec moi avec sa moue rieuse, de réfléchir à ce que je vais préparer à manger puis le cuisiner avec lui, partir au marché chercher si quelque chose nous manque… Tout ça et bien ça n’a pas de prix !
Je suis bien loin de vous juger, loin de moi cette idée, nous faisons tous des choix, ou pas et nous guidons notre vie comme nous le souhaitons, mais je serais bien incapable de partir travailler en laissant mon fils toute la journée à une crèche ou un clae, j’aurais l’impression de passer à côté de la vie.. de ma vie. Alors j’ai fait ce choix et j’en suis enfin fière, oui je suis à la maison.

Pendant longtemps, j’étais super mal à l’aise qu’on me pose la question. Et sinon tu fais quoi dans la vie ?Ha bon tu bosses pas ? Euh.. je .. travaille pas, enfin si des fois, mais je glande pas hein ! Je m’emmêlais les pinceaux dans des justifications sans fin alors qu’au final ça ne regarde que moi enfin, nous. Et après tout pourquoi pas ?

Moi, je n’envie absolument pas les gens qui bossent, qui se font réveiller chaque matin par un réveil agressif pour vous rappeler que vous devez vous lever pour aller travailler, avec un rythme obligatoire imposé, la pause du midi, les horaires non adaptées à la vie de famille… bref être obligé de..
Aujourd’hui je peux le dire, je suis fière mais aussi j’ai de la chance, la chance d’avoir quelqu’un qui me soutient dans cet esprit et qui apprécie ma cuisine 😉 (ca aide!) Je prends le temps de me faire belle chaque jour (ok y’a des jours ou je traîne en pyj, je suis humaine!)non je ne me laisse pas aller bien au contraire, j’ai même le temps d’aller faire du sport (quand je n’ai pas la flemme), je prends soin de moi aussi, en fait je suis un peu comme les femmes des années 50, j’aime être belle pour mon homme que la maison soit propre, que mon fils ne manque de rien et que nous mangeons bien, je suis libre de mes choix, active, sauf que je surf sur le net pour vous raconter ma vie, que je milite pour des causes qui me tiennent à coeur, et que j’ai du joli vernis, c’est ça la femme au foyer 2.0. 🙂

FREE MUMMY !

 

Join the discussion 72 Comments

  • DeboBrico dit :

    Ah c’est bien de sortir de toutes les justifications vaseuses autour de la femme au foyer qu’on entend partout. Des fois je pense que moi aussi j’aimerai bien être à la maison, faire mon pain, et bricoler… pourtant rien que pendant mes congés mat j’ai pété un plomb de rester à la maison… Et puis maintenant je me dis que c’est fouttu de toute façon il faudrait mettre le reveil pour l’école… et puis de toute façon la question se pose pas pour des raisons financières..
    Et d’ailleurs Cesar va pas à l’école??

    • Bambichoses dit :

      ha oui complètement, j’ai des amies qui n’ont pas supporté rester à la maison qui tournait en rond, mais moi j’ai tellement de choses à faire que je n’ai pas le temps de m’ennuyer 🙂
      Voilà c’est aussi ça des fois c’est la finance qui nous fait nous lever, je comprends tout à fait.
      Oui césar va à lécole uniquement le matin et 3 fois dans la semaine et ca va mieux 😉

  • Sabrina dit :

    youhouuu Je comprends tout à fait ce que tu exprimes ici !

    J’ai “la chance” d’avoir une pause dans ma tite vie (congé maternité – Merci Dalil Solal), je suis donc chez moi, je me retrouve, et je retrouve le bonheur de cuisiner, de réfléchir aux petits plats qui feront plaisir à mon homme et mon fils, et je te rejoins totalement lorsque tu évoques les lessives et le rangement des vêtements bien pliés et prêts à être enfilés avec bien-être.. J’ai tout changé la déco de nos chambres, l’organisation de nos vies. Je suis un peu bloquée dans ma tête car je sais que je vais reprendre prochainement le travail, et j’espère franchement pouvoir continuer un temps soit peu de ranger et préparer les repas… concilier les deux, apporter cette chaleur humaine dans mon cocon.

    Je souhaite aussi te dire que je suis contente que tu assumes d’être maman/femme au foyer ! Tu sais, je pense qu’aujourd’hui, au contraire, les mentalités s’ouvrent, et les mères savent bien que rester à la maison est bien plus fatigant et demande encore plus de réflexions que de travailler (à moins bien sûr d’avoir un travail dans lequel on s’investisse aussi fort que dans le bien-être de notre cocon – mais malheureusement, au détriment de ce qui nous entoure… nous ne sommes pas Wonder woman !). Je crois que maintenant, la fierté d’être à la maison peut être reconnue.

    Quand mon homme rentre en ce moment, il me dit : quand tu vas reprendre le taf, tu vas être deg de ne pas avoir profité de ton temps de pause pour glander…. lol j’ai éclaté de rire ! Mais au contraire ! quel bien-être, quel épanouissement que d’être à la maison et s’organiser autour des tâches ménagères qui amènent la douceur, la propreté, la détente, la bonne santé… et l’AmOuR !!

    Alors moi je dis bravo, d’avoir sauté le pas, de réduire les apports financiers dans la famille, pour y augmenter le bien-être ! Car oui, comme tu le dis si bien : si seulement nous pouvions être un peu rémunérées pour ce travail à plus que temps plein !!! mais quel bonheur !!!! je pense que tu y associes aussi un travail, un partage, et une pédagogie qui pourront t’apporter un pécule non négligeable et mérité ! bisous la miss !! belle journée à toi maman 2.0 !

  • Elo dit :

    Ca donne envie, tu assumes ta vie et ça ce n’est pas donné à tout le monde ! Bravo ! Par contre j’imagine que ça ne doit pas être facile financierement. Comment s’en sortir quand on n’a aucun revenus ? Merci pour ta sincérité, ça fait du bien !

    • Bambichoses dit :

      Franchement, non ça va, on vit au jour le jour, comme je disais je consomme différemment depuis peu c’est aussi ça qui m’a aidé quelque part. J’ai beaucoup moins de besoin qu’il y’a quelques années, du au fait de mon changement de voir les choses globalement 🙂 On se contente, des petits riens, on sort on voit les amis après tout la vie, le bonheur c’est ça ! Pas ce qu’il ya dans nos armoires ! 😉

  • Sabrina dit :

    Pour en revenir aussi au fait de péter les plombs lorsqu’on est à la maison : j’ai longtemps ressenti cela, surtout lorsque mon ti Naïm était bébé ! j’avais la sensation de ne pas respirer, et de ne pas pouvoir faire des choses pour moi… et j’étais bien dans mon travail. Oh que je comprends que ce soit dur de rester à la maison ! le soir, en ce moment, je suis éreintée aussi ! Bon, qd j’aurai repris le travail je serai éreintée pour d’autres raisons, et je vais culpabiliser de ne plus en faire autant à la maison…

    Je crois qu’il y a de quoi faire couler l’encre, et je pense que de travailler sur ce thème pour soi, perso, avec une psy, ou avec une méthode alternative (osteo, sophro, kinésio, faire des access bars) nous permettra de trouver notre bonheur perso ! sans risquer de se faire manger pas l’avis (ou la vie) des autres.

    Comme tu le dis : ce qui importe c’est de trouver SON PROPRE EQUILIBRE. On sait que d’un côté ou de l’autre la vie de femme est bien riche !!! Soyons-en fières !

  • C’est incroyable, j’avais encore une discussion sur le sujet avec mon mari hier soir. Il est assez féministe, et je lui expliquais que souvent, je ne me sens pas appartenir à ce mouvement, à cause précisément du fait que les femmes qui choisissent d’être mamans à temps plein sont montrées du doigt et jugées comme un bond en arrière. “on s’est battues pour travailler” : ben oui, mais moi aussi je travaille, je fais le boulot de la nounou, la maitresse, la femme de ménage, la cuisinière, je bosse ! Et gratos, en prime. Et je l’ai choisi. J’ai fait des études, je suis pas la dernière des truffes, et j’ai choisi l’endroit précis où je me trouve. Et ça commence à me gonfler qu’il y ai des gens que ça défrise. Eh oue, je suis une femme accomplie les gars, je fais des tonnes de trucs chaque jour et je suis utile à la société.

    • Bambichoses dit :

      j’ai choisi l’endroit précis ou je me trouve, voilà la phrase est parfaite ! C’est exactement ça, souvent je vois bien qu’on se dis oulà elle doit pas être très maline celle là, alors que ouais j’ai fait des études moi aussi et que je suis aussi maline que toi et c’est super vexant parfois!
      C’est exactement ça moi aussi je bosse! Et toute la journée avec heures supp en plus ! 😉
      Mummy Powa !:-)

  • Cessie dit :

    Si tu savais comme je t’envie. Je rêve egalement d’être mère au foyer et je le dis, mon dieu si nos mères nous entendaient, elles qui ont tant fait pour faire évoluer la condition féminine, mais ce qui est acquis l’est je l’espère définitivement. J’aimerai pour toutes les raisons que tu viens de citer être mère au foyer. Je ne m’ennuierai certainement pas non plus. Malheureusement la question est purement financière, avec des crédits sur le dos le choix est vite fait. Alors profite pleinement pour nous deux

    • Bambichoses dit :

      Je comprends complétement.. c’est pour ça que je ne me permettrai jamais de juger,qui que ce soit, je défends juste un peu ma cause qui des fois est difficile à vivre..
      Les crédits malheureusement nous empêchent de vivre comme on l’entendrais… Je profiterai pour toi ma belle 😉 je pense à toi !

  • LE PAON dit :

    Ce n’est pas ma vision personnelle mais je comprends tout à fait la tienne ! j’aime bien travailler pour être indépendante financièrement et ne compter que sur ma pomme. Par contre la ou je te rejoins complétement est ce qu’impose le travail : il est chronophage, impose pleins de règles à la con de normes sociales, de il faut il faut pas…
    Le temps file tu ne vois rien passer et au final ne profites pas vraiment de ton indépendance “financière”. L’argent n’achète pas le temps…
    Le plus important dans un choix de vie est qu’il te corresponde à 100% et puis rien n’est figé. Tu sembles épanouie alors pas la peine de baisser la tête. J’ai adoré lire ton billet en tout cas. Marj Simpson aurait pu l’écrire 🙂

    • Bambichoses dit :

      haha je suis un peu Marge simpson quelque part !
      Mais l’indépendance financière, je l’ai ! Il ne faut pas croire 😉
      merci beaucoup en tout cas !

  • Lou dit :

    Pour ma part, je trouve que les femmes qui font ce choix ont beaucoup de mérite mais ce qui m’ennuierait personnellement, c’est la dépendance financière à quelqu’un et le risque d’avoir du mal à retrouver du boulot après.

    Pendant que tu t’occupes de tes enfants, tu fais un trou dans ton CV et quand je vois à quel point le marché de l’emploi est compliqué même quand tu as de bonnes expériences pro, ça me ferait très peur d’avoir un trou de plusieurs années dans mon CV et de “me réveiller” à 45 ans en me disant “Zut, personne ne veut m’employer”.

    J’ai croisé plusieurs femmes dans ce cas dans mon entourage, c’est sans doute pour ça que ça me refroidit : elles se retrouvent avec de petites retraites ou dépendantes de l’argent de leur mari ou, dans le pire des cas, quittées par leur mari sans arriver à remonter la pente :/

    • Bambichoses dit :

      Tu n’as pas tort dans ce que tu soulèves, ma mère me l’a toujours dit ! 🙂
      Mais je n’estime pas que je fasse un trou dans mon cv au contraire, pour moi je blogue, j’organise des choses (la je bosse sur un futur festival à Toulouse) tout ça c’est pour mon cv, et si un jour je me réveille et que mon employeur me sort le trou dans le cv alors je lui demanderai comment il peut me dire ça avec tout ce que j’ai fait ! Bon ok ca peut paraître arrogant mais c’est vraiment ma façon d’être si nous acceptons toutes qu’un employeur lambda nous fasse culpabiliser d’un trou dans un cv alors que nous avons élever nos enfants et de de fait tenu notre foyer alors c’est que je n’aurai rien à faire la, encore une fois !:-)

  • Devoir se justifier d’aimer être au foyer c’est un truc qui m’horripile ! Je suis moi aussi une adepte de la vie ” des années 50″ , je suis bien chez moi à faire la cuisine, à ranger , nettoyer et m’occuper de mon fils ( bientôt ma fille aussi !) J’aime attendre que mon homme rentre du boulot, que son repas soit chaud et prêt et qu’il n’est plus qu’à mettre les pieds sous la table ( je vais me faire taper par les féministes mais temps pis )
    C’est un choix de vie que nous avons décidé en couple, qui me convient parfaitement et que j’espère pouvoir conserver le plus longtemps possible. Mon homme travail énormément , il n’est pas souvent là et si je prenais un boulot ne serais ce qu’à mi-temps je me demande bien à quoi ressemblerait notre vie de famille.
    Ah si je vois le tableau : On se croise le matin (ou pas vu les horaires de mon homme) , mon loulou à l’école+cantine+garderie ( donc en gros mon mi temps servirait à payer tout ça quoi) et au soir un bisous et au dodo. Très peu pour nous ce genre de schéma , même si je conçoit que certaines personnes s’épanouissent très bien comme ça ou bien n’ont pas le choix.

    Bref, en tant que femme au foyer je ne m’ennuie jamais et bien souvent les journées sont trop courtes par rapport à tout ce que j’ai idées de faire 😉

    • Bambichoses dit :

      ben voilà, nous sommes pareilles;-)
      Complétement d’accord, après c’est plus une vie ou on la subit, nous c’était pareil pour les horaires, l’ecole, le trajet tout ça je ne voulais pas faire vivre ça à mon fils ou même à moi en fait.
      Nous avons décidé ça ensemble aussi, merci pour ce commentaire Cynthia !

  • Rose Citron dit :

    On en a déjà un peu parlé ensemble, mais tu sais que je te comprend complètement!
    Je n’ai pas d’enfants et ne souhaite pas en avoir (pour le moment 😉 ) mais effectivement, quand je vois toutes ces mères et pères qui confient leur enfants très tôt, toute la journée, je crois que ça serait impossible pour moi! Ce qui ne veut pas pour autant dire que je resterais collé à mon gosse toute la journée, hein! Mais juste voir son enfant de 7h à 7h30 et de 18h30 à 20h, ça me déprimerait complètement je crois!
    Après, c’est sur que la variable économique rentre en ligne de compte, et pas qu’un peu, je crois que si beaucoup d’entre nous travaillons, c’est avant tout pour ça! Personnellement, aujourd’hui, je ne pourrais pas me permettre de ne pas travailler, mais c’est ce à quoi j’aspire pour plus tard! (ou travailler moins, ou travailler différemment) Ce qui implique, comme tu le dis de revoir son mode de consommation!
    Tout ce que tu dis sur prendre soin des siens, tout faire soi même, ça me parle, et je le concilie avec le travail pour l’instant, mais j’imagine toutes les possibilités qui s’offriraient à moi si j’avais encore plus de temps! En fait, je me vois bien dans la vie d’une blogueuse américaine de Los Angeles : yoga, marché, cuisine, amies! Ahahahah!!!
    Et -breaking news- je suis féministe et je pense comme ça!

    • Et je pense que tu as raison car ça n’est pas incompatible Rose Citron : féministe, il me semble que c’est vouloir que la femme ai les même droits que l’homme, qu’elle soit libre de faire ses choix dans le respect. A priori, ça inclut *aussi* de pouvoir choisir d’être au foyer 🙂 Effectivement, j’ai le droit d’aller au travail, et ça sous-entend aussi que j’ai le droit de ne pas y aller si j’en ai la possibilité 🙂

    • Bambichoses dit :

      voilà, il y’a un “enjeu” économique je suis complétement d’accord. Je suis comme toi, j’ai essayé de bosser et faire un “vrai” travail, je rentrais je le voyais des fois il avait déjà mangé et hop au lit le matin on ne se voyait même pas, non ca n’etait pas possible. Le mi-temps reste une bonne alternative à tout ça je trouve
      tu sais qu’on partage cette idée !
      Oh oui la vie d’américaine je dit YES !!!
      On peut avoir des idées féministe moi la première et penser comme ça comme le dis si bien addfunandmix plus haut, c’est une question de respect mutuel des choix personnel 🙂

  • Amalia dit :

    Avec ma putain de saloperie de maladie, j’ai du arrêter de bosser, j’ai du devenir “mère au foyer” j’ai du devenir aux yeux de certains une grosse feignasse. J’en ai fais une mini dépression oué, j’ai pas honte de le dire (j’ai plus honte en tout cas) mais faut pas croire mes journées sont loin d’être de tout repos. Plusieurs fois le papa de mon rat gondin a jugé le fait de rester a la maison c’était rien foutre (ou passer son temps devant le pc), bien lui en a prit de dire cela, car un jour j’ai du être hospitalisée 3 semaines, il était en vacances une semaine, ben il a pas fait le dixième que je fais d’habitude (surtout il faisait des purées surgelées a notre chiarde…) bah oui il était débordééééé 😉 L’autre fois on en parlait et bien bizarrement il s’est ravisé… Certes je voudrais bosser, mais je ne peux pas, alors je bosse autrement a la maison quoi! Oué parfois j’en ai ras le bol, mais quand je bossais c’était pareil et puis mes pauses je les prends quand je veux 😉

    • Bambichoses dit :

      c’est pas évident pour personne, je conçois bien qu enous n’avons pas toutes la meme vie, ni la meme façon de faire les choses. Moi c’est au taf ou je péte un câble, je pense à ce que j’ai à faire à la maison, le temps que je rate à être avec ceux que jaime. Sérieux moi je me suis jamais plus au travail j’ai toujours eu horreur de ça !

  • Anita dit :

    J’adorerais aussi avoir une vie de maman au foyer comme toi, un peu comme dans les années 50, puis on voit grandir ses enfants, on leur prépare des petits plats etc… mais financierement ça ne suit pas, on a 2 petits salaires malgres nos temps complets, heureusement que le systeme social en France nous aide. Tu parles d’independance financiere par rapport a ton homme? Mais comment si tu ne travailles pas? Les allocations, la famille qui aide? Pour moi un salaire c’est ce qu’on gagne par un vrai travail ( même si c’est peu valorisant je te l’accorde). Sinon, 100% d’accord avec ce post.

    • Bambichoses dit :

      Coucou Anita, oui je suis indépendante, je travaille pour moi depuis la maison, de temps en temps j’ai des revenus mais pas fixe, je fais beaucoup de troc, d’échanges, je mets en place des activités gratuites et ca me suffit 🙂 Alors je me sens libre on va dire plutot ça comme ça 🙂
      Oui heureusement que le système français aide ça je ne vais pas dire le contraire.
      Tu as raison, un salaire c’est ce qu’on gagne avec un vrai travail… apres chacun à sa notion du VRAI travail.. 😉 Pour moi s’en est un, et un vrai ! bisous anita !

  • Je t’avoue que si j’avais le confort financier pour le faire j’aimerais ça aussi. Voilà maintenant 3 ans que je travaille à la maison. J’ai eu des périodes de chômage aussi et je t’avoue que maintenant, je n’attends qu’un truc : reprendre le boulot. J’ai complètement changé de carrière, je repars de zéro pour être instit. Comme toi j’étais très occupée à la maison (je le suis encore plus en ce moment), mais le côté social et valorisant du travail me manque. Peut-être aussi la faute à cette société qui nous fait nous sentir inutile.
    Puis mes filles vont rentrer à l’école, en même temps que moi, elles n’auraient pas été à la maison de toute façon, et je crois que ça aurait été encore plus difficile.
    Pour le moment je suis dépendante financièrement de mon mari et cette situation ne me convient pas du tout.
    J’ai une amie qui a vécu une situation très difficile dernièrement, elle était mère au foyer et son mari est décédé. Elle a perdu sa maison, s’est retrouvée en galère pour retrouver du boulot parce qu’elle n’avait pas bossé depuis des années et que t’as beau être bardée de diplôme, les employeurs ils s’en tapent. Elle a failli perdre la garde de ses mômes alors que l’année d’avant, elle vivait aussi “bien” que moi.
    Ça m’a pas mal refroidi j’avoue.

    • Bambichoses dit :

      c’est sur il y’a toujours des exemples dramatiques.. Si cela m’arriverait, bah, je pense que je saurais ou aller et qu’il me faudrait du temps pour me retourner mais que c’est faisable. Mon père est décédé quand j’avais 10 ans, ma mère a du tout gérer seule avec moi et mon frère de 2 ans, elle a bien galérer des années durant, avec les dettes, la maison, l’organisation, notre garde.. et elle travaillait.. Je pense que quand on perds quelqun en travaillant ou pas c’est la galère..
      Je suis d’accord qu’être dépendante de l’autre c’est pas marrant.. Mais au final si on y réfléchis bien, être dépendant ca veut dire quoi ? Puisque vivre ensemble c’est tout partager non ? C’est sur que si on veut faire cramer la carte bleue un we ca devient compliqué, lol mais sinon ca reste faisable, c’est plus ric rac je suis ok mais est ce que l’on ne peut pas voir les choses autrement ? je dis ca mais je m’interoge aussi hein 🙂
      Puis, je ne partage pas le fait que la sociabilisation se fasse par le travail, ni le côté social. Je me sens totalement intégrée, je rencontre des gens via le blog, Ig, en faisant mes courses, dernierement je me suis fais une tres bonne amie au gouter clandestin que je vois régulièrement, je suis hyper sociable! ^^

  • Amande dit :

    Qu’il est bon de te lire, et de se retrouver à 100% dans tout ce que tu écris, mais surtout de se sentir moins seule.
    Je conçois également la vie ainsi. J’ai toujours fais mes choix, par amour, par envie, ou tout simplement parce que je pense qu’on a qu’une vie, et qu’il est important de la vivre pleinement, et d’aller au bout de ses envies, pour ne pas regretter.
    Je passe souvent pour l’extraterrestre de la famille, mais c’est pour moi vital de fonctionner ainsi.
    J’ai également changé radicalement ma façon de vivre et de consommer, il y a 5 ans en bossant à mon compte et en créant mon entreprise. 5 ans que je travaille à la maison, que j’ai des revenus irréguliers voir inexistants certains mois, que mon chéri qui me soutient ramène l’argent à la maison, que du coup, mon mode de consommation à changé du tout au tout: je n’achète presque plus rien de neuf où alors local ou made in France, je chine, achète sur les vides greniers ou d’occas’, nous faisons tout pour réduire nos déchet au maximum, on trie, on compost, on fait notre pain également, nos desserts, on cultive notre jardin… Bébé vient d’arriver et on est aux couches lavables, lingettes, et on a boycotté les boutiques de bébés pour l’habiller et l’équiper… et quand on me demande, ” tu reprends quand le boulot ?”, je leur répond… “Mon boulot se fait de la maison, mais pour le moment je compte bien m’occuper de bébé pour en profiter, le voir vivre, grandir, l’éduquer, partager tout pleins de moments avec lui…” Et on me regarde avec des grands yeux, ou mes amis me répondent souvent, “tu as de la chance, moi je peux pas, je dois retourner bosser, j’ai le crédit de la maison à payer”, et je leur répond que ” cette chance, je me la suis créée, que personne ne l’oblige à retourner bosser”, et je suis bien contente, de ne pas avoir de crédit sur le dos, pour faire comme tout le monde et de pouvoir rester à la maison à m’occuper de mon bébé, mon chez moi, mon jardin, et mon entreprise quand il me restera un peu de temps… On ne vit qu’avec un salaire, et je n’ai jamais été aussi heureuse que depuis que je ne suis plus salariée et que je ne gagne plus de salaires réguliers tous les mois.
    Que c’est bon d’être, de ne pas avoir et de ne pas être dépendant de cette société de consommation…

    Une ancienne toulousaine, qui t’as déjà croisé sur le marché et en vide grenier… 🙂

    • Bambichoses dit :

      tout est dit ! merci beaucoup et profite bien de ton petit dernier et de la douceur d’être à la maison
      dit donc tu aurais du venir me faire coucou! 😉

  • moominlax dit :

    La question du choix…. ou pas, comme tu précises avec justesse. Dans ce faux débat de mère au foyer vs mère qui travaille (comme si on avait besoin d’être des factions guerrières qui s’opposent, non mais franchement), on ne parle presque jamais de la question du choix. Je suis un maman solo, et si je veux être à la maison, je ne peux pas. Parce que même avec mon boulot à 45h par semaine, mon petit salaire me permet à peine de vivre. Et j’avoue que la question de la retraite et du leg du patrimoine me pose aussi question: je sais que je vais vivre avec une retraite minuscule, je sais que je ne pourrais pas aider mon fils comme mes parents, de classe moyenne, ont pu m’aider (et continuent de le faire), je sais que je ne laisserai rien à mon fils (matériellement parlant).

    Et ma vie, elle est celle d’une femme au foyer (courses, ménage, lessive, cuisine, torcher le môme, pas de thunes, aucune aide sociale, pas de vacances, zéro sortie) et elle est celle d’une femme qui travaille (je cours tout le temps, je stresse parfois tellement que seul mon osteo peut me sauver, je travaille le soir, je travaille selon les périodes le week-end aussi).

    Une des vrais questions est: que fait notre société pour aider les femmes comme moi? Quelle vie pour ces cohortes de femmes comme moi, qui bossent et qui galèrent? Oui bien sûr on peut changer soi-même les choses, dans une toute-petite mesure, mais la double peine, putain, c’est dur.

    • Bambichoses dit :

      Bonjour Moominlax,

      Je comprends ta position. Je suis complétement d’accord quand au fait de la socoiété qui, je pense, ne mets pas en place les bonnes choses pour aider les mamans au foyer, seules. C’est vrai que c’est pas évident, comme je le précise j’ai la chance d’avoir quelqu’un qui me soutienne, seule je ferais sans doute autrement. J’imagine que tu travailles dur et que cela ne doit pas être facile tous les jours, mais est ce que tu as déjà réfléchi à une autre alternative ? Quelque chose qui te serait moins pénible, plus simple ?
      On peut changer les choses, c’est long et fastidieux, c’est certain et je serai bien mal placée pour te dire quoi faire, moi qui ne suis pas seule dans cette démarche, je ne peux que saluer ton courage et te souhaiter une vie plus douce..

      • moominlax dit :

        Merci de ta réponse! en fait, je me fais le porte voix de plein de filles qui galèrent, parce que dans cette situation socialement fragilisée, j’ai de la chance: j’ai une famille très présente, (même si à distance) qui peut m’aider, financièrement, moralement (c’est super important) et parfois pratiquement (en venant par exemple garder mon fils le mercredi de temps en temps, parce que j’ai pas eu de place au centre aéré ni la cantine du mercredi, c’est galère).
        J’ai aussi la chance d’avoir un amoureux, même si on a deux vies bien séparées, c’est bon pour le moral. ^^

        Mais il y a tant de femmes qui sont petit à petit de plus en isolées, parce que pas le temps, pas de thunes…
        J’aimerais changer des choses, à commencer par le boulot (ça va, je bosse pas à l’usine, mais j’aimerais faire autre chose), mais je suis coincée dans la spirale. C’est sûr que je manque d’imagination pour faire autrement, je crois que je sais pas faire. Et c’est dur pour moi d’accepter les offres d’aide du style “je te garde ton gosse” parce que je voudrais justement plus de temps avec lui, pas moins 🙂

        En tout cas je te lis, je réfléchis, j’apprends!

  • moominlax dit :

    en tout cas je kiffe ton blog, tes choix, tes prises de positions. J’aimerais parfois avoir le courage de faire certaines de ces choses, moi aussi 🙂

  • Lilas dit :

    C’est un sujet très compliqué: à la foi je te donne raison sur certains points mais malheureusement, la réalité fait que ce choix de vie n’est pas possible pour toutes.

    Je pense que beaucoup de femmes aimeraient vraiment être à la maison ou avoir un temps partiel pour passer plus de temps avec les enfants, éviter de les mettre à la cantine ou à la garderie, seulement certaines se retrouvant seules (comme moominlax) ne peuvent même pas se permettre ce choix (qui devient donc un luxe, un privilège). D’autres encore sont en couple mais gagnent des salaires modestes. Maman et Papa sont obligés de bosser à l’usine, caissières, femmes de ménages (je doute que ce genre de job soir un choix).

    Après on peut faire le choix de ne pas avoir de crédit sur le dos mais ça veut dire ne pas être propriétaire, donc toujours une insécurité de la vie en location: propriétaires cons, voisins chiants, HLM… une vie pas toujours très plaisante.

    Je sais que c’est idiot de vouloir posséder une maison à soi, ce n’est pas ça qui rend heureux, mais au moins on laisserait quelque chose à nos gamins, et puis là on a 30 ans mais est-ce qu’on supportera encore cette précarité à 50,60,70 ans? Vivre au jour le jour, ça a des avantages quand on est jeunes et qu’on a la santé.

    Je sais que ça fait rabat-joie mon discours, je ne veux pas être moralisatrice. Mais la société est faite ainsi, c’est certain que ce serait 100 fois mieux de vivre comme Pierre Rabhi, mais qui est prêt à franchir le cap franchement?

    Autrement, pour parler du féminisme, je suis une femme de mon temps et pourtant, je ne vois pas en quoi ce serait dégradant d’entretenir sa maison, de s’occuper de ses enfants, de préparer un bon repas chaud au mari qui rentre du boulot etc… quand je vois les Audrey Pulvar ou autres lever les yeux aux ciels quand des femmes font les courses, tâches ménagères etc… j’ai du mal à comprendre!

    Quand on aime son mari, ses enfants, son home sweet home, quoi de plus normal que de la rendre accueillant, paisible, un doux foyer? Alors ça passe par du linge bien repassé, des plats mijotés qui prennent du temps, mais pourquoi forcément des “corvées rebutantes”, faire plaisir à sa famille, quoi de plus valorisant?

    Les femmes japonaises sont très souvent femmes au foyer, elles prennent ce rôle très à cœur et c’est très valorisant comme “job”, ce sont elles qui organisent la vie familiale et c’est une grande satisfaction.

    Ce que tu sembles faire, avec beaucoup d’amour. Tant que tu peux te permettre de choisir, fais le, tu as bien raison.

    Débat très intéressant, j’ai aimé lire l’article et les nombreux commentaires, avis de chacune. 😉

    • moominlax dit :

      Je pense pour ma part que ce n’est pas parce qu’une femme est au foyer que son mec est exempt de toute tâche ménagère, du plaisir de cuisiner pour sa famille, d’étendre une lessive en rentrant du boulot pendant que sa nana sirote un verre et discutant avec les enfants de leur journée.

      J’ai pas vécu ça dans ma vie mais ça doit bien exister, merde 😀

  • J’aimerais avoir un mari aussi compréhensif ! C’est aussi une des raisons qui me poussent à reprendre le boulot. Nous n’avons manifestement plus la même façon de voir les choses lui et moi. Et aussi entre autre parce que je ne suis pas aussi sociable que toi, j’aimerais et j’y travaille… J’ai toujours eu un petit côté sauvage et bien que j’aime beaucoup être avec du monde, j’ai du mal à créé le lien de départ.

  • Hello Sophie dit :

    Hello!
    Je ne sais pas si j’ai tout bien suivi mais… tu n’avais pas repris des études pour un diplôme d’esthétique?!?
    Tu as tout laissé tomber ou bien?

  • eloise dit :

    Je me retrouve tout a fait dans ton article, mis à part que je ne fabrique pas mes aliments, mais j’adore mon rôle de femme au foyer, de mère. Rien que d’imaginer que je vais devoir retourner au taf j’en ai des frissons, j’ai pas envie.

  • Céline dit :

    Coucou,
    J’ajouterais un micro bémol à ce que tu dis car perso j’ai choisi “ma carrière” et je ne suis pas du tout “admirée”, bien au contraire… J’ai deux enfants et je suis cadre. Et quotidiennement on me le reproche. Parce que je cours sans cesse, parce que je suis à la bourre au centre de loisirs, à la bourre au boulot, à la bourre pour choper mon train et aller récupérer les mouflets chez la nounou ou mes beaux-parents…
    Mais j’ai envie de ne pas choisir. J’ai envie d’être mère et d’avoir des responsabilités au boulot. Pourtant, beaucoup ne le comprenne pas et me jugent en disant qu’on ne peut pas tout faire bien. C’est sur que mes gamins mangent souvent surgelé, qu’ils sont rarement peignés le matin ou que j’oublie souvent de signer les mots dans le carnet de liaison… Pourtant il faut que chacune se soutienne. Je respecte ton choix d’être mère au foyer et même je le trouve beau, loin d’être “honteux”. Et surtout avant d’être une femme qui veut tout, je suis profondément féministe et je suis pour que les femmes suivent les instincts de leurs envies. J’aimerais ne pas entendre “mais dans la vie on ne peut pas tout faire!” ou “tes pauvres enfants ont besoin de leurs mères”… la culpabilité toujours et en permanence, y en a marre!!!!!!!!!! Et dans tous les cas! qu’on soit mère au foyer ou pas! BISOUS DOUX

    • Bambichoses dit :

      C’est bien qu’on aie les deux “côtés”, merci beaucoup pour ton témoignage Céline. Je respecte aussi le tien, c’est ce que je disais, loin de moi l’idée de juger, je défends juste mon avis à force d’entendre des clichés sur la mère au foyer ou de devoir me justifier!:-) Moi je dis que tout est possible pourvu que l’on soit heureux ! Bisous!! 🙂

  • Sophie Overtherainbow dit :

    J’ai été commerçante pendant 10 ans, et mon activité s’est arrêtée de façon assez brutale. Les premiers temps, malgré les soucis dus à cette cessation d’activité, je vivais assez bien le fait d’être devenue une femme au foyer et de m’occuper de mon fils. Quelques temps après, mon mari a été muté et nous avons quitté la région où j’avais passé toute ma vie, où j’avais toute ma famille et mes amis… Je me suis donc retrouvée seule dans une région inconnue, sans amis, sans famille et avec des gens qui me regardaient de travers à la sortie de l’école parce que j’ai les cheveux roses… Je ne supportais pas cette vie, je me sentais inutile et j’ai horreur par dessus tout d’être dépendante financièrement… J’ai même pensé à quitter mon mari pour retourner dans ma région, c’était un enfer…Et puis ma mère est venue nous rejoindre, et j’ai retrouvé un emploi. Et je revis car même si des horaires compliqués avec pas mal de trajets à faire chaque jour, je me sens utile et ma contribution financière au budget du ménage me fait me sentir en paix avec moi même. Mon fils grandit, et je ne veux pas me retrouver dans quelques années sans travail et sans but parce qu’il n’aura plus autant besoin de ma présence.
    On a toutes des buts et des besoins différents dans la vie, l’un ne vaut pas mieux que l’autre et même si des fois j’en ai ras le bol de courir entre la maison et le boulot, je suis quand même bien contente de retrouver mes collègues avec qui je m’entend bien et je n’oublie pas que c’est grâce à elles que j’ai pu retrouver une vie sociale dans ma nouvelle région.
    Ce qui compte, c’est d’être heureuse…

    • Bambichoses dit :

      comme tu le dis l’important c’est d’être heureuse ! Et comme je le précise, je ne jette la pierre à personne, moi c’est d’entendre que je dois m’ennuyer qui me rends folle, je me sens utile, ici à la maison .
      Je pense en effet qu’il est bien plus difficile d’être à la maison quand on n l’a pas “choisi” et qu’on a eu une activité pendant des années. En plus de ça dans une région que l’on ne connait pas je me mets à ta place pas simple.
      Tu sais, j’entends souvent ça quand mes enfants seront grands, alors je serai sans but.. Mais pourquoi ?? Et nous alors? En tant que femme ? Et notre mari? Se retrouver ? Faire des choses pour soi ?
      Je pense que nous sommes aussi influencés par des clichés et des phrases toutes faites, l’important c’est de pouvoir faire un choix 🙂
      Merci de ton commentaire et de ton témoignage sophie !

  • eloise dit :

    Oui Je suis en conge parental

  • Anita dit :

    Ton mari fait la vaisselle et le ménage avec toi le WE? C’est sur qu’ une mère au foyer ça veut pas dire bonne à tout faire mais quand même la pauvre se tappe déjà son boulot la semaine? La cuisine c est vrai que quand c’est bien fait, ça prend du temps et de l organisation ( dur pour moi l’organisation ).

  • Anita dit :

    Pardon je ne voulais pas être désagréable, c’était pas mon but. Maman au foyer c’est aussi un travail mais c’est vrai que du coup je me sentirais incapable de demander à mon mari de faire du menage si il bosse à l’extérieur et moi femme au foyer. Mais il n y a pas UN modèle, chaque couple a son organisation. ☺

    • Bambichoses dit :

      Oh mais ne t’inquiètes pas Anita, je ne le prends pas mal, l’écriture parfois traduit mal nos réponses !:-) Pour lui et moi c’est normal nous formons un couple mais aussi une équipe, c’est donc évident pour chacun d’aider l’autre dans quelconque situation quand l’autre est disponible 🙂

  • AL dit :

    Je suis entièrement d’accord avec toi.
    Bon certes moi je n’ai pas encore d’enfant.Les gens en général me juge pas mal mais au final moi je suis mieux comme ça et mon chéri et très content d’avoir un jolie appartement en rentrant du boulot, une jolie chérie ( enfin c’estlui qui le dit ), que je lui prépare des petits plats et qui a pleins de choses à lui faire découvrir.

    Ok je suis pas une maman 2.0, mais juste une jeune femme qui a envie de découvrir et se cultiver, c’est génial de pouvoir s’occuper des autres ( enfin des autres avec un gros <3 quand même ) de pouvoir découvrir pleins de choses, de faire tout ce qu'on pourrait pas apprendre, voir etc si j'avais un boulot… d'ailleurs merci beaucoup pour ton jolie blog, je dois a chacun de tes articles, tester pleins de choses. 🙂

    d'ailleurs j'ai un petit blog un peu futile mais je pense qu'un jour je parlerai de ton blog dans un article car je suis vraiment accroc et puis t'es toulousaine comme moi. donc je fais du local 🙂
    ( ne t'inquietes pas, je te demanderai ton avis en temps voulu…)
    Bonne nuit bambi.

    • Bambichoses dit :

      on peut être à la maison et pas maman ça marche aussi très bien, la preuve pour toi ! 🙂
      Merci beaucoup pour ton commentaire, je vais jeter un oeil chez toi alors! à très bientôt petite toulousaine alors ! 🙂

  • fyts dit :

    et bien moi je suis a mi temps et cela me va tout a fait! je fais tout ce que tu dis, j’adore entendre mon petit appeler maman maman le matin, j’adore que le papa me l’amène dans le lit avant d aller au boulot pour faire un calin tous ensemble et puis j adore lui faire sa petite popote, faire des bidouilles pour lui (en ce moment je coud des aliments en feutrine pour sa petites cuisiniere que l on termine a peine! j adore savoir que le matin c’est rien qu’à nous!
    moi aussi on m avait dit “tu vas voir tu vas te faire c*** a la maison, enfin heureusement toi tu as tes bricoles”!! powwa et dire que j’en fait surement deux fois plus que ces demoiselles à la journée! comme on dit si j avais autant de temps que d’idées…. hehhe on s’en fout, vivons heureux, bossons que quand il faut, je suis pas faite pour gagner des milles et des cents, je suis pas faite pour bosser et ne voir mon petit dans le speed deux fois par jour! depuis mon voyage j ai réalisé combien j’étais faite pour prendre mon temps et envoyer valser toutes ces blablas!

  • Clem dit :

    Merci pour ce post il fait du bien et tombe à pic !!
    J’ai longtemps habité dans un pays où les femmes s’occupent des enfants et du foyer et les hommes vont au boulot, moi je n’étais pas en couple je bossais comme une tarée et j’aimais cette vie, aujourd’hui je me rends juste compte que ce modèle me parlait, je me voyais comme elles le jour où j’aurais des enfants, tout en continuant mes activités pro à la maison.
    Puis je suis retournée en France, j’ai rencontré mon chéri on a eu un petit bout et il a toujours été clair que je m’en occuperais à temps plein jusqu’à ses 1 an. Il vient d’avoir 16 mois et va 3 jours par semaines à la crèche pendant 6h (j’y tiens pour sa sociabilisation et pour pouvoir avancer sur mes projets), et je suis en plein dans ce dont tu parles: la culpabilité, la honte de finalement m’être trouvée épanouie dans cette vie au foyer (pour combien de temps je ne sais pas mais il se trouve que j’aime cette vie et j’ai toujours été phobique de la vie au bureau et même de l’école).

    Certes tout n’est pas rose, dépendre de l’autre financièrement ce n’est pas simple, et le trou dans le cv a beau être rempli de beaux projets je sais qu’un jour si je reprends le chemin du travail en entreprise ce sera dur malgré mes références et mes diplômes.

    Bref pas simple surtout quand tu as été élevée par une mère seule et féministe, que tu es entourée d’intellos anti-mariage qui sont dans l’incompréhension… pourtant je suis consciente de ma chance d’habiter dans un pays où nous avons le droit de travailler.
    Mais plus ça va plus j’ai l’impression que ce n’est pas un droit mais un devoir, je sens le regard de mes proches insistant, me demandant quand est-ce que je reprends le boulot, et même si mon mec me soutient, il commence aussi à me demander quand est-ce que je pense chercher à nouveau pour n’avoir pas à assumer à lui-seul la charge financière du foyer.
    J’ai beau lui expliquer que si je me retrouve au smic financièrement nous n’y gagneront pas et que je ne serais pas épanouie de ne voir notre fils que pour un bisou le soir, cette question commence à vraiment m’inquiéter.

    En tout cas, les hommes n’ont vraiment pas conscience de la chance qu’ils ont de ne pas se poser tant de questions, de ne pas se sentir coupables de leurs choix, d’avoir le temps pour faire des enfants, de ne pas avoir la menace d’une mise au placard après un congé mat…
    Je voulais juste partager mes pensées, merci de m’avoir permis de le faire grâce à ton post, je me sens un peu moins seule….

    • Bambichoses dit :

      merci de ton commentaire Clem.
      Je suis complètement d’accord que les hommes ne connaissent pas la chance de ce poids qui ne les concernent pas (remarque il existe aussi des hommes au foyer! 😉
      Les regards sont le splus durs, mais au fond de soi il ne faut pas oublier qui nous sommes et respecter nos vrais choix qui nous sont propres !

  • Bonjour,
    Ton article me parle complètement car ça fait 6 ans 1/2 que je ne travaille pas pour être présente pour mes 3 poulettes!Le temps passe et je songe tout doucement à la reprise du travail mais pas tout de suite.De toutes façons, il m’aurait été impossible de retourner travailler avec des enfants en bas âge, je pense (même si ça peut paraître indécent de le formuler comme ça, j’aurai été très déprimée), j’ai toujours su que je m’arrêterai pour ma famille, c’est comme ça, c’est en moi.J’ai la chance d’avoir un mari complètement à l’écoute de ce genre de problématique et hyper présent pour sa famille.J’ai longtemps été un ovni pour pas mal de copines (et peut-être encore un peu maintenant) mais j’ai toujours assumé car ça fait partie de la philosophie de vie que nous partageons mon mari et moi pour notre famille.Mais, j’ai conscience d’être très chanceuse d’avoir pu réaliser un projet de vie qui me tenait à cœur.A l’inverse, je comprends complètement que l’on ne se projette pas dans cette vie à la maison…la plupart de mes copines ont préféré retourner bosser après la naissance de leurs enfants et il y en a d’autres qui ont trouvé le bon équilibre en prenant un temps partiel.Franchement, je pense que les enfants sont heureux à la mesure de l’épanouissement de leurs parents, maman ou foyer ou pas!Mais, je suis comme toi, une maman au foyer qui a fait ce choix, qui est heureuse de l’être, bien occupée, avec une vie sociale assez sympa, des occupations et la cuisine/pâtisserie est aussi au cœur de ma vie car j’adore ça!J’adore être dispo pour mes enfants, mon mari, mes proches et me trouver des petites fenêtres pour moi de temps en temps.Je trouve que cette liberté de temps est une des plus belles richesses que l’on peut avoir dans la vie.Et, dernière chose, j’ai pas vu les années passer et je ne voulais avoir aucun regret une fois mes filles plus grandes (genre j’ai loupé un grand moment ou les petits bonheurs du quotidien), alors, je pourrai dire que j’en ai bien profité et mes filles aussi…ça, c’est une satisfaction merveilleuse!!
    Longue vie à toi, ta famille, tes projets et ton blog et je te souhaite de pouvoir être à la maison aussi longtemps que tu le souhaites.
    Au plaisir!

  • collapse dit :

    Je trouve tellement fou qu’en 2015 des femmes doivent justifier leurs choix!
    Quand elles bossent on les accusent de sacrifier leur famille et quand elle sont au foyer on les accusent de se faire entretenir à rien faire… Bref, Eve a toujours tort.
    L’important c’est de faire des choix ; de réfléchir à nos besoins, à ce qui nous rend heureux, et de ne pas subir un quelconque statut. De faire les choses avec conscience!
    Tout ça pour dire que j’aime beaucoup ton blog et les tournants qu’il prend depuis quelques temps déjà! Et qu’il a une belle aura de bonheur et de joie!

  • cissoune dit :

    Pour les raisons financières citées au dessus, je ne peux pas me permettre de ne pas travailler mais comme j’aimerai!! Mais pour le moment je ne bosse qu’à mi-temps et on arrive déjà pas à obtenir un prêt immo assez important pour ce qu’il nous faudrait.
    Ce qui me manque le plus c’est de ne pas avoir vraiment de temps pour cuisiner,j’aimais tellement préparer de bons petits plats lorsque j’étais à la maison, les 11 premiers mois du loulou! Alors pour le moment je prends mon mal en patience et j’attends de réussir à avoir numéro 2 pour prendre un congé maternité.
    En tout cas, ce sont des questions que l’on se pose régulièrement : l’école à la maison, le temps de travailler sur mes projets, de tenir ma maison (j’aime le côté année 50 moi aussi 🙂 ) Qui sait peut être qu’un jour, on fera le choix de se restreindre sur d’autres choses pour profiter de tout ça 🙂
    En attendant, pour moi tu es un symbole du féminisme, tu oses être la femme que tu veux être et as la force d’aller là où les gens ne vont pas.
    Je ne suis pas venue depuis longtemps sur le blog (encore ce foutu temps !) mais je le dis sincèrement, tout ce qui se dégage d’ici est que tu es vraiment une belle personne,avec des idées, de la malice et beaucoup d’intelligence, rien à avoir avec ce que les gens prétendent des femmes aux foyers.
    Des bisous à toi et à ton nain

    • Bambichoses dit :

      merci beaucoup pour ce commentaire Cissoune, je ne sais pas si je suis un symbole du féminisme (elle me taperait à coup de bâton en me voyant préparer le repas à mon homme pendant qu’il se repose de sa journée !;-) mais en tout cas j’essaie d’être intègre. Je te remercie pour ce gentil message, comme tu le dis, vous avez pu avoir un prêt immo, donc c’est super aussi. Je te souhaite de trouver ta voie et la ou tu te sens le mieux avec les tiens! bisous! <3

  • Supermaman dit :

    J’aimerai tellement pouvoir arrêter de travailler pour m’occuper de mes deux enfants . Je suis a mi temps mais c’est déjà trop je trouve.j’ai un petit garçon autiste que je dois emmener a ses prises en charges et qui ne supporte pas la cantine et mon mari me reproche de ne pas gagner assez et me demande de travailler plus en septembre et en plus me reproche de ne pas assez faire le ménage.je ne peux pas travailler, gérer les enfants, entretenir la maison parfaitement, et gérer les prises en charges de mon fils !! Impossible pour une seule personne …

    • Bambichoses dit :

      pas très sympa de la part de ton mari. L’homme oublie souvent que s’occuper des deux enfants est un travail à TEMPS PLEIN et que peut etre en changeant quelques habitude de vie on peut vivre mieux et avec moins;-) Non tu ne peux pas out faire tu n’es pas surhumaine et heureusement

  • Mariehe dit :

    Merci pour l article! J ai mis 11 ans à assumer que ce que j aimais faire c est m occuper de ma famille à temps plein. C est le temps qu il m a fallu aussi pour m inscrire dans un autre mode de vie, éloigné des crédits et de la consommation a gogo et du coup mon salaire n est plus nécessaire. Maintenant je prends avec le sourire quand on me demande si je ne m ennuie pas à la maison et je ne me justifie plus non plus. Je n ai jamais été aussi épanouie et ca se ressent sur le bonheur de mon mari et des enfants . Tant pis si ça fait ringard !!!

  • Luxy dit :

    Merci beaucoup pour ton article. Celà fait énormément de bien de se retrouver dans ton discours, de ne pas se sentir comme une outsider. Moi-même ayant fait ce choix (presque cornélien par moment!) d’être mère au foyer, le plus dur finalement c’est d’assumer le regard des Autres. On me pose tellement souvent les mêmes questions existentielles sur mon statut que je finis moi-même par en douter: “Tu ne t’ennuies pas trop?”, “Tu es mère au foyer, c’est ça qu’on dit non?”, “mère au foyer, avec tous tes diplômes??”, et j’en passe (le pire étant celles des copines qui travaillent) . J’ai l’impression de devoir faire front à un lavage de cerveau.
    Je pense que je n’assume pas encore pleinement mon rôle, mais je SAIS que c’est celui-là qui me convient le mieux.
    Je ne soutiens pas l’éternel combat femme au foyer x femme active, car je trouve finalement qu’on a toutes nos galères, nos choix, nos personnalités et surtout on est toutes des bonnes mamans 🙂 . Je respecte le choix d’une maman qui part travailler à l’extérieur. Je la soutiens parce qu’elle a aussi son lot de culpabilisation et de difficultés. Il faut “juste” être épanouie dans son quotidien, y a pas de recette prédéfinie.
    Personnellement, je voudrais juste être un peu plus respectée dans mon choix de vie et parvenir à ne plus m’auto-dénigrer. C’est ça le plus difficile.
    Bonne journée à toutes 🙂

  • Poulet dit :

    Bonjour à toutes, et merci pour tous ces témoignages!
    Ça fait du bien de lire tous ces cas de figure différents et de se rendre compte que quel que soit le choix qui a été fait ou ce que la vie vous a amené financièrement à choisir, le but de chacune et de trouver bonheur et intégrité.

    Pour ma part, je suis maman de 2 petites filles (Tout juste 2 ans et bientôt 5 ans) et ces temps je me sens très irritée dans ma vie quotidienne de maman à la maison à temps plein.
    J’ai travaillé quelques années dans différents bureaux d’architecture, et mes expériences professionnelles m’ont passablement dégoutées. Lorsque je suis tombée en ceinte la 1ère fois, ma patronne a voulu me licencier, car elle connaissait mon désir de devenir mère (j’avais fait une fausse couche quelques mois auparavant). Je me suis donc retrouvée obligée de baisser mon taux d’activité juste avant de prendre mon congé maternité, et de revenir après ce congé pour faire de l’archivage (elle m’a foutu au “placard”). Quelques mois plus tard (le délais légal pour me garder étant passé) elle m’a définitivement renvoyée. Ensuite j’ai eu beaucoup de mal à retrouver un travail, et à part une mission de quelques mois, je me suis retournée au chômage. Nous avons donc décidé avec mon mari, que si nous voulions avoir un deuxième, c’était le moment, car j’aurais le temps de m’en occuper. Mon chômage prenant fin, je me suis retrouvée mère au foyer.
    Je ne me plains finalement pas de cette situation, car la fait d’avoir arrêté de travailler m’a permis de prendre plus de temps pour m’occupe de ceux que j’aime, et vu mon caractère je ne pense pas que j’aurais pu assumer le fait de ne jamais pouvoir voir mes filles et d’avoir l’impression de passer à côté de l’essentiel.
    Mais aujourd’hui, ça fait environ 3 ans que je n’ai plus d’activité rémunérée à l’extérieur de la maison, et j’ai parfois l’impression d’être un poids pour mon mari accompagné de 2 boulets à chaque bras qui m’empêchent de faire des choses pour moi.
    Je pense que le plus difficile finalement c’est de trouver un équilibre qui permette de passer du temps avec ceux que l’on aime, mais également être valorisée dans l’activité que l’on a choisie et surtout d’arriver à trouver un peu de temps pour soit! C’est la-dessus que je suis en train de travailler et je compte bien trouver une alternative pour réussir à concilier tous ces éléments qui ont tant d’importance à mes yeux!
    Je vous remercie toutes et particulièrement “Bambichoses”, car le fait de vous avoir lues m’a apaisée et redonné du courage!!! Je vous envoie plein de soleil en remerciement!

    • Bambichoses dit :

      je suis ravie de vous avoir redonné ce courage !! Nous sommes fortes ne l’oublions pas rien n’est insurmontable !! affectueusement

  • Klein Maryse dit :

    Ah mon rêve j ai 56 ans je bosse depuis l âge de 15 ans je n ai pas vu ma fille grandir ,c est ma mère et des jeunes filles au pair qui s en sont occupé , je me suis trouve toutes sortes d excuses puis la vie c est chargée du reste bref je suis invalide rincée épuisée , mais je fais tout ce que je peux chez moi , je fabrique ma lessive mes différents produits ménagers mes confitures , mon potager la rénovation de ma maison toute seule comme une grande mon rêve c était d être mère au foyer et d avoir plein de gosses , inutile de dire que j étais une extra terrestre aux yeux de tout le monde , eh ben je viens de découvrir ce blog et ça fait une semaine que je le lis et le relis bondieu que ca fait du bien , je suis de nouveau boostee , mon seul luxe pour l instant c est un atelier d écriture , un de mes rêves de jeunesse , et j ai pour projet de vivre jusqu à au moins 100 ans pour tous les réaliser un à un !! Ce blog c est une bouffée de bonheur pour moi et en plus j apprend plein de trucs , la philosophie de fond me correspond mais dans ma petite ville de province ce n est pas au goût du jour : signe une vieille infirmière cassée de partout mais avec un mental d airain !!

Laisser un commentaire