was successfully added to your cart.

Panier

C’est toujours quand on s’y attends le moins que tout arrive comme dit l’adage… Et bien, je ne peux pas contredire ça. Cet automne, j’ai eu envie de trouver du travail. Dans le sens, faire une pause sur l’entreprenariat et m’orienter vers une vie un peu plus active , en tout cas un peu moins isolée. Je ne sais pas si c’est d’avoir été confinés, mais j’avais envie d’autre chose. J’ai postulé à un poste qui me faisait rêver “pour voir”. Et tout est arrivé très vite, j’ai eu un entretien, puis.. embauchée! Une équipe au top, un “dream job” ou j’ai souvent carte blanche, je mène des ateliers artistiques avec les enfants autour de la littérature jeunesse, et je lis des histoires dans les écoles. Le top!
Et puis, pratiquement au même moment, environ un mois après, on nous a appris qu’il y’avait une petite fille dans notre département. Une initiale en guise de prénom : E. et un descriptif pour s’imaginer qui elle était. Mais pas n’importe lequel, un texte qui la décrivait si bien par rapport à ses goûts que nous avons eu la sensation que l’on nous avait observé avant de l’écrire, c’était fou, tout collait avec notre vie ! Je me suis baladée dans la maison pendant tout ce temps avec ce papier tout froissé à force de me suivre partout, je voulais m’imprégner d’elle, la connaître, “savoir comment lui répondre”. Pendant tout ce temps on a continué à vivre de belles choses en visualisant cette même vie avec une petite humaine en plus, et ça faisait du bien… 
Alors on a écrit une lettre pour le Conseil de Famille du département, en expliquant qui nous étions, on a mis des photos de notre vie, et puis on a envoyé.
Pendant la rédaction de cette “lettre” loin d’être anodine, on a pas mal réfléchis, tourné dans tous les sens nos tournures de phrases, nos points communs, notre envie d’être ses parents. Les 2 femmes exceptionnelles qui nous ont suivis, nous ont tellement bien accompagnés que nous nous sentions soutenus à tous moments, rien que pour l’échange quotidien avec elles, c’était super. On a pu continuer à se questionner, on a encore avancé.
Quand le dossier est enfin parti (1 semaine avant) je me suis sentie comme “flottante”, dans l’attente, j’avais l’impression d’errer dans ma vie. Toutes les questions nous traversaient.
Notre vie allait être présentée à des gens qui ne nous connaissaient pas mais allaient pouvoir décider si oui ou non nous pouvions être les parents de E.
Est ce qu’ils n’allaient pas me trouver trop tatouée ? Et notre maison? Ils ne vont pas trouver que l’on a trop de chiens? merde j’ai oublié d’écrire ça.. et ça.. Et mon boulot ? Comment je vais faire ? Et… et… et…?
Ca n’arrêtait pas, la nuit je dormais peu ou presque plus, quand on était à la veille du conseil, en conduisant j’ai eu comme des bouffées de chaleurs à deux doigts de m’évanouir, encore une fois j’ai pu appeler le service ou j’ai trouvé des mots réconfortants. Et puis je me suis dis que tout était joué, que ça ne nous appartenais plus maintenant, que nous avions tout donné ce qui était de notre possible et que l’essentiel c’était bien que cette enfant trouve des parents et pas l’inverse.
Je vous mentirais de vous dire qu’après ça j’étais détendue, je n’ai pas mangé, j’ai passé une nuit blanche et le lendemain, je me suis forcée à travailler pour ne pas penser.
La seule chose que j’ai trouvé vraiment terrible à vivre pour moi, c’était de ne pas savoir. Jusqu’au dernier moment ou on vous appelle, vous ne savez pas. Soit votre vie continue comme tous les jours, soit.. elle bascule. On ne peut rien prévenir à l’avance, pas l’annoncer sous peine de grosse déception. Rien. On attends.
J’ai prié, supplié, puis hésité… Je me suis demandé si j’allais être à la hauteur, si nous allions être à la hauteur… J’ai eu peur, puis traversée par l’euphorie. Je suis passée par toutes les émotions.
Nous attendions le coup de fil autour de 13h. Notre “bonne fée” nous a appelé à 14H, sans doute l’heure la plus longue du monde.
Quand le téléphone a sonné, je ne savais plus comment décrocher, j’avais si peur de ce que j’allais entendre !
Alors j’ai juste écouté, et j’ai reconnu sa voix, cette voix de la joie, enjouée et pleine de bonheur, j’ai entendu : Félicitations.
Et chose que je n’avais absolument pas imaginé, mon corps a ouvert des vannes, des énormes vannes, je me suis mise a pleurer à en perdre haleine, à ne plus pouvoir m’arrêter… J’ai tellement pleuré que dans cet élan, j’en avais oublié de demandé le prénom. Elisa. Voilà, je suis la maman, nous sommes les parents d’une petite Elisa.
J’avais beau me le répéter en boucle, tout me paraissais irréel… César aussi s’est mis à pleurer devant tant de bouleversement de sa maman et il a fallu que je reprenne mes esprits pour le rassurer que tout allait bien.
Et puis tout est allé très vite, nous sommes allés à notre rdv pour la “rencontrer” avec des photos. Un album qu’elle avait fait pour nous avec sa famille d’accueil. Nous allions enfin découvrir son visage, son histoire, NOTRE fille. Sur le chemin je me sentait comme en train de voler et à la fois totalement à côté de mes pompes. Impossible de réaliser ce qui nous arrivait, je me suis fais au moins 100 fois le scénario dans ma tête tous les soirs avant de dormir, comme une visualisation mais c’était encore différent.
Quand nous avons vu les photos, surtout une, j’ai vu des similitudes avec César, et je vous jure que je ne cherchais pas du tout des ressemblances c’était le cadet de mes soucis! Mais là… ce petit visage coquin, ces yeux rieurs, il n’y avait pas une photo ou elle ne souriait pas, ou riait aux éclats, la vie, la lumière la traversait de toutes parts. J’ai encore beaucoup pleuré en la regardant, je ne savais pas comment réagir, mon cœur allait me lâcher!! J’ai d’ailleurs eu pas mal de palpitations pendant ces jours intenses.
Il s’est ensuite passé un jour entre la rencontre photo et la vraie.
Je lui ai fais un carnet rien que pour elle pour qu’elle voie elle aussi des photos de ses parents, son frère, sa maison et tout ce qui l’attendais. Je l’ai brodé jusqu’à 2heures du matin avec son prénom, j’étais si excitée que je pense qu’à ce moment là je ne tournais que sur les nerfs!! ^^
Nous avons pu rencontrer toutes les merveilleuses personnes qui l’ont accompagnée dans son histoire et… c’était si beau, si fort !
Toutes ces femmes qui avaient pris soin d’elle jusqu’à nous, je leur serai infiniment reconnaissante.

Et puis il y’a eu la rencontre, sur une journée magnifique le vendredi 20 novembre, journée internationale des droits de l’enfant, symbolique. Je vous livre ici nos premières photos de rencontre, les premières minutes parce qu’elles sont belles, pleines d’amour, d’émotions et que ça se partage l’amour a flot!! Je ne remercierai jamais assez ausondesgrillons pour son tuto souris en coquille de noix qui m’a servi de premier lien avec elle (je vous en parlerai plus tard ). Les photos sont de piètres qualités mais qu’importe vous sentirez j’en suis sûre l’essence de ce moment <3D’ailleurs le regard d’Elisa nous en dis bien plus long qu’un roman! <3
Elisa a grandi dans une famille d’accueil formidable qui ont su l’aimer, et lui apprendre à aimer. Elisa sait exprimer ses sentiments et a tellement de talents déjà.
Nous nous sommes vus plusieurs jours avant qu’elle vienne à la maison dans sa famille d’accueil pour découvrir son univers. Nous avons eu des moments uniques, elle nous a montré sa chambre, ses goûts, ses musiques, films préférés, le soir on rentrait on se remettait sur la chambre, je vous dis pas les tronches de zombie qu’on avait !! haha

Et puis un jour Elisa est arrivée, pour juste manger, elle est finalement restée, et nous avons pu démarrer notre vie à 4.
La suite dans un prochain billet !!

Join the discussion 18 Comments

  • Christellemars dit :

    Quel merveilleux témoignage, merci pour ce partage.
    Je te suis sur instagram et moi aussi j’ai été frappée par la ressemblance avec César, j’ai cru que tu avais adopté une petite cousine.

  • Wige dit :

    <3 C'est beau et émouvant à souhait <3

    Longue vie à vous 4 dans l'amour et la joie!
    D'ailleurs, si Samuel le veut bien, ça pourrait être cool d'avoir sa version de l'histoire, son ressenti, son cheminement, ses émotions etc… La version du papa, d'un homme quoi 🙂 Et aussi la version de César!

    D'ailleurs, est-ce que le fait que tu es déjà César à été un frein ou un avantage pour l'adoption, ou ce n'est pas du tout un critère?
    Même si je ne veux pas d'enfant par rapport à ma situation, la société, l'avenir incertain, et tout le toutim… J'ai cette envie d'être enceinte et d'allaiter… Une envie très animale, digne d'une louve (ou poule, suivant le point de vu). Or depuis toute petite, je me dis que ça serait mieux d'adopter un enfant qui n'a rien demandé à personne et de lui faire vivre sa best-lift du mieux que je le puisse. Avec un papa aimant et présent! C'est sans condition!
    M'enfin, l'horloge tourne, on verra bien ce qui se présentera. L'univers me le dira.

    Moult bisous

    Wige

  • Elo dit :

    Ohlalalalalalalala

  • J’ai pleuré, merci encore pour ce qui merveilleux partage !

  • Lo dit :

    J’ai pleuré pendant toute la.lecture… cest beau, émouvant, je suis sans.voix

  • On ressent votre évidence dans tes mots. Quelle aventure de vie ! C’est si fort !!!
    Plein de bisettes à vous 4

  • Roxane62 dit :

    Que de frissons à te lire. Il y a tellement d’émotions. Je vous souhaite plein de bonheurs, de joies, de rires…

  • aurore bouyssou dit :

    Bon, ben moi aussi j’ai pleuré …
    je vous souhaites tout le bonheur du monde !
    Aurore

  • Camille P dit :

    C’est si beau cette rencontre ! Merci de nous partager ces moments …

  • Virginie dit :

    Merci Amelie pour nous dévoiler ces précieux instants de vie, j’ai pleuré en te lisant. Toutes mes félicitations, je vous souhaite beaucoup de bonheur ensemble. C’est fou comme Elisa vous ressemble !

  • La Semeuse de Livres dit :

    Le regard d’Elisa vers vous est déjà tellement rempli d’amour. Et vous deux, nouveaux parents, rayonnés tout autant. C’est très beau à voir. Merci de ce partage. Bienvenue à Elisa, qui effectivement ressemble à César !

  • Melody dit :

    Merci pour ce partage. Je suis contente d’avoir lu les deux articles d’une traite. J’ai pleuré en voyant les photos de celui-ci.
    C’est beau, si beau. Tu es merveilleuse (vous êtes merveilleux) : déjà de nous partager tout cela. Mais aussi de ton authenticité, de ta générosité. Tu es une telle inspiration. Cela me gonfle le coeur.
    Je vous souhaite tout le meilleur. Et félicitation !! Quel beau bébé <3

  • Co dit :

    Rholala…. je te suis depuis bien longtemps….aujourd’hui tu m’as fait pleurer… 😉 Je vous souhaite tout le bonheur du monde, ton témoignage est très émouvant et cette petite fille a bien de la chance…. c’est beau d’être attendu comme ça !

  • Lully dit :

    Wouaw, c’est tellement une évidence ✨
    C’est si beau, mon cœur est plein et lire ces mots me fait déborder d’amour et de douceur ! Je vous souhaite plein de belles aventures, bisous d’Aveyron ✨

  • julie dit :

    MERCI. <3 <3 <3 <3

  • Virginie dit :

    J’ai lu et j’ai pleuré, pleuré de joie, d’émotion; ces mots font tellement de bien à lire en ce moment; je suis très très très heureuse pour vous , pour votre famille. Je vous souhaite d’écrire tous ensembles une belle histoire Prenez soin de vous

  • Mathilde archi sensible dit :

    Pfiou j’ai pleuré ! Merci du partage qui touche le cœur !! Belle vie à vous et votre famille 🙂

Leave a Reply to Lo Cancel Reply